Note d’actualité: L’incendie du poste de Vitry (23 juillet 2014)


Par Amaury DUFAY

Le 23 juillet 2014 vers 4h30 du matin, un incendie se déclare et ravage le poste d’aiguillage de Vitry-sur-Seine. Ce poste gérait notamment le trafic du RER C, ce qui correspond donc à un centre de gravité stratégique pour l’information et la circulation. Les conséquences sont d’importantes et durables perturbations du trafic, touchant le quotidien de nombreux usagers.Il n’y a pas eu de victime physique, mais des conséquences économiques et sociales. 

Le phénomène observé est-il une crise ?

Nous sommes en présence d’une crise car l’événement produit une rupture interne (l’incendie) dans le fonctionnement d’un système organisé (la gestion du trafic ferroviaire). Cette rupture fait peser une menace sur les objectifs prioritaires de l’unité décisionnaire (la SNCF) ce qui implique l’urgence de prendre des décisions. L’incertitude et la nécessité de réorganiser rapidement un système font de l’incendie du poste de Vitry un cas paradigmatique de destruction d’infrastructure mettant en danger la continuité de l’activité.

Quels en sont les caractères principaux/fondamentaux ?

Quelle est la nature de la crise ? ll s’agit d’une crise technique, avec des conséquences économiques, voir sociales.

Est-elle soudaine ou progressive ? Il s’agit d’une crise soudaine.

Est-elle voulue ou fortuite ? Les conclusions de la SNCF ne sont pas claires sur ce point, car les causes de l’incendie n’ont pas pu être identifiées avec certitude. Il s’agirait très probablement d’une défaillance électrique, ou d’un accident. Jusqu’à preuve du contraire, on peut considérer qu’il s’agit d’une crise fortuite. 

Quels sont les acteurs impliqués dans la crise ? Il y a 3 acteurs majeurs : les services de secours, la SNCF et les usagers. 

Quels sont les intérêts/objectifs des acteurs impliqués ? Pour les services de secours, il s’agissait d’éteindre l’incendie, et pour les usagers du RER C de préserver leur quotidien. Pour la SNCF, unité de décision, les objectifs étaient plus nombreux : outre le rétablissement du trafic, elle devait également gérer les relations avec les usagers et leur proposer des solutions de substitution. L’objectif à terme était de rétablir la bonne gestion du trafic. 

Quel est le déroulement de la crise ?

Quel est le point de rupture ? Le point de rupture est le déclenchement de l’incendie vers 4h30 du matin.

Quelles sont les phases de la crise ? La crise commence à un niveau élevé de tensions, avec l’incendie. La phase d’escalade se poursuit jusque dans la journée du 23 juillet 2014 à l’heure de pointe, moment de désorganisation maximale. La phase de désescalade est beaucoup plus longue, puisqu’elle dure jusqu’en février 2017, moment de la mise en service du nouveau poste d’aiguillage.

Quels sont les attracteurs crisogènes ? L’ivresse d’un des agents en charge du poste d’aiguillage au moment de l’incendie, ainsi que l’indisponibilité de l’interlocutrice principale entre la SNCF et « le blog du RER C » ont été des facteurs crisogènes certains.

De quelles natures sont les tensions ? Les tensions sont techniques, économiques et sociales.

Quelle est l’efficacité des moyens de régulation de la crise ?

La prévention de crise a-t-elle fonctionné ? Le succès de la prévention de crise semble ici mitigé. Les dispositifs usuels d’information des usagers ont fonctionné, mais ont souffert del’engagement longue durée. La gestion normale du RER C n’a été de nouveau opérationnelle qu’au bout de 2 ans et demi environ. 

Quels moyens ont été engagés pour faire face à la crise ? Maintien autant que possible d’une desserte ferroviaire, réorientation vers d’autres solutions ferroviaires (RER D) plutôt que des substitutions routières, déploiement d’agents pour renseigner les voyageurs. 

Sources :– GOSSELIN Bertrand, « Retour sur l’Incendie du poste de Vitry », 31 Juillet 2014, Le blog du RER C, https://malignec.transilien.com/2014/07/31/retour-sur-lincendie-du-poste-de-vitry-par-bertrand-gosselin/, consulté le 4 janvier 2019.- ANON, « SNCF : un agent suspendu après l’incendie du poste de Vitry », 25 juillet 2014, Le Point, https://www.lepoint.fr/societe/sncf-un-agent-suspendu-apres-l-incendie-du-poste-de-vitry-24-07-2014-1848940_23.php, consulté le 4 janvier 2019.- ANON, « Vitry : le poste d’aiguillage des Ardoines renait de ses cendres », 3 février 2017, Le Parisien, http://www.leparisien.fr/vitry-sur-seine-94400/vitry-le-poste-d-aiguillage-des-ardoines-renait-de-ses-cendres-03-02-2017-6653070.php, consulté le 4 janvier 2019.- PARNY Laure, « RER C : au cœur du nouveau poste d’aiguillage des Ardoines », 7 avril 2017, Le Parisien, http://www.leparisien.fr/vitry-sur-seine-94400/rer-c-au-coeur-du-nouveau-poste-d-aiguillage-des-ardoines-06-04-2017-6831807.php, consulté le 4 janvier 2019.